Bonjour le monde !

6

« Bonjour le monde ! » ou « Hello world! » pour les anglophones. C’est une sorte de rituel. Quand un informaticien apprend un nouveau langage informatique, son premier travail est en général de chercher à afficher ces quelques mots. Allez savoir, c’est peut-être la première phrase que le premier robot humanoïde cognitif prononcera !

Pourquoi ce blog ?

le robot-qui-revaitDepuis plus de dix ans, Isaac Asimov est mon auteur fétiche. J’ai quasiment toute son oeuvre traduite dans ma bibliothèque, et je la lis, je la relis, sans cesse. J’étais justement en train de relire le livre des robots quand je suis tombé, je ne sais plus où, sur un article concernant la robotique (pour ceux d’entre vous qui l’ignorent, le mot « robotique » a été inventé par Asimov lui-même, et il l’utilise pour la première fois dans une de ses nouvelles intitulée « Menteur ! »). Je me suis aperçu que nous étions en plein dans le commencement de la vraie robotique, avec l’arrivée de robots programmables ayant de réelles capacités : les ASIMO et autres NAO.

J’ai donc décidé de suivre de plus près les avancées dans ce domaine, et, tant qu’à me documenter, autant en faire profiter le plus grand nombre : d’où l’ouverture de ce blog.

Pourquoi l’avoir intitulé « robots humanoïdes » ? Parce que la robotique telle que nous la connaissons dans la vie de tous les jours (les robots industriels par exemple, qui ne sont que des bras mécaniques), n’a que peu d’intérêt à mes yeux. La robotique humanoïde, elle, est un véritable challenge, un énorme défi ; il s’agit de se rapprocher au maximum des capacités d’un être vivant complexe. Capacités motrices, mais également capacités sociales et, but ultime, capacités cognitives.

« Et l’Homme créa le Robot à son image »

Cette phrase qui sous-titre le blog est bien sûr une plaisanterie, un rêve inabordable. Il ne s’agit pas de créer la vie à partir de fer et d’alliages, mais de la singer grossièrement. Pourquoi est-ce important ? Philosophiquement parlant, c’est une manière de mieux nous comprendre. Pour imiter au mieux un être vivant, il faut savoir comment il fonctionne. Oh ! nous savons déjà pas mal de choses, ça fait un bout de temps que l’on se penche sur la question. Mais il reste encore bien des mystères à éclaircir, et la robotique humanoïde est à mon avis un nouvel angle d’attaque qui pourrait participer à une meilleure compréhension de ce que nous sommes.

Plus prosaïquement, des robots humanoïdes ayant une certaine indépendance pourraient apporter beaucoup à notre société. En bien ou en mal, selon que l’on y soit préparé. Mais c’est une question compliquée que j’aborderai certainement à de nombreuses reprises…

En attendant, je suis heureux d’ouvrir robots-humanoides.com … et j’ai hâte de commencer l’aventure !

6 commentaires pour : Bonjour le monde !

  • Longue vie à ce blog ! Je le syndique direct ! =)

  • Hello World !
    Et longue vie à Robot Humanoides ! 😀

  • Isaac Asimov n a pas inventé le mot robotique mais les 3 loies viennent bien de lui. Du tchèque robot dérivé de robota (« servage »). Le mot a été introduit, en 1920, par l’écrivain tchèque Karel Čapek dans la pièce de théâtre Rossum’s Universal Robots, jouée pour la première fois en 1921. Bien que Karel Čapek soit souvent considéré comme l’inventeur du mot, il a lui-même désigné son frère Josef, peintre et écrivain, comme l’inventeur réel.
    Robota est issu du proto-slave *orbota, devenu par métathèse, *robota dont est issu le russe et le bulgare работа rabota (« travail »), le slovène rabôta (« servage ») ; et, plus avant, de l’indo-européen *orbh (« petit enfant, orphelin, jeune esclave »), duquel sont issus l’arménien որբ orb, l’hindi अर्भ arbha (« petit enfant »), le grec ancien ὀρφανός, orphanós (dont viennent aussi l’anglais orphan et le français orphelin) et le latin orbus, signifiant tous « orphelin », ainsi que l’allemand Arbeit (« travail »). (Nom 2) (XIX e siècle) De l’allemand Robot (« travail, corvée, servage ») issu du slave robota (sens identique).source wikipedia

  • Bonjour Kaly,
    Je n’ai absolument pas prétendu qu’Asimov avait inventé le mot « robot ». C’est le dérivé « robotique » qu’il a inventé.
    Quant aux 3 lois, de son propre aveu, c’est son éditeur de l’époque qui les lui a soufflées.

  • enfin un bon site ! moi ce que je regrette , c’est de ne pas trouver plus d information sur le mode de fonctionnement d’azimo ! combien de processeur il utilise, et es ce qu’il est capable de se déplacer dans un environnement quelconque, sans bornes …. bientot irobot ?

  • Bonjour à celui ou celle qui me lit…
    Moi j’espère qu’avant d’être impotente, un jour, les exosquelettes et les robots seront assez intelligents pour accompagner une personne âgée et lui servir de compagnie sans être une corvée (ce qui est ressenti forcément par les personnes qui effectuent ces tâches, même avec la meilleure volonté et l’affection…). C’est aussi Asimov qui m’y a fait rêver. Nous sommes déjà des machines, de chair et de sang et presque parfaites puisque nous nous auto- réparons en partie, mais nous finissons par nous user, comme les machines… Asimov était biologiste à la base, je crois, et ce « cerveau positronique » qu’il avait imaginé, je crois que nous finirons par  l’approcher un jour ou l’autre (j’ai même entendu parler, il y quelque temps déjà et puis plus rien) d’un ordinateur doté d’une mémoire « vivante » sous forme de bactéries emmagasinant les données… Alors pourquoi pas. Enfin voilà, je me sens proche de certaines personnes, proche de beaucoup d’animaux, alors je crois que je serais capable de communiquer avec un robot pour peu qu’il soit capable d’évoluer (et là aussi, j’ai vu des reportages sur des robots imitant les gibbons (singes araignées) et autres animaux, qui « apprenaient », comme nos ordis qui repèrent nos habitudes de saisie, mais en bien plus sophistiqué. Même certains jouets robotisés apprennent un peu, « grandissent » ou en tout cas en donnent l’impression.  Ce qui m’inquiète c’est le manque d’argent finançant tout ça… crise oblige. Tout comme la conquête lunaire a été arrêtée. Bon, si un jour on y arrive, je n’ai pas du tout peur de me trouver face à un robot, ce ne sera pas pire que de croiser certains décérébrés humains, criminels dans l’âme, et qu’on ne reconnait absolument pas à première vue. Voilà, j’avais envie de participer par quelques mots et finalement je n’arrête plus. Désolée.   Bonne chance pour le site. C’est agréable de tomber sur des gens qui ont les mêmes intérêts (dans le sens du verbe s’intéresser).  Au plaisir de lire les autres.

Laisser un commentaire pour : Bonjour le monde !

Votre commentaire

Votre email ne sera jamais communiqué. * champs requis

*
*