Un pas en arrière dans la reconnaissance des objets ?

2

personal-robot-2Une grosse difficulté pour un robot est de reconnaitre les objets qui l’entourent. Pour nous, il est très facile de reconnaitre une chaise de bureau, une table, une chaine hifi, etc. Pour un robot, c’est une tout autre affaire. Il doit faire appel à un logiciel capable de comparer l’objet à une banque d’images pour en déterminer la nature, et les résultats ne sont apparemment pas encore à la hauteur des attentes. Willow Garage, une société américaine a donc eu une « idée de génie » : appeler des humains à l’aide.

Concrètement, si un robot n’arrive pas à reconnaitre un objet, il lui suffit de prendre une photo et de l’envoyer sur un site Internet. Là, des êtres humains vont analyser la photo et l’annoter avec le nom de l’objet en question. Un site de ce genre existe déjà, il s’agit de Mechanical Turk, et les personnes y sont payées quelques centimes par image traitée. Après un essai dans les bureaux de la société avec le robot PR2 (photo ci-contre), le taux de réussite fut de 80%, et pourrait monter, selon eux, à 90% si les réponses étaient vérifiées par plusieurs personnes.

Cette idée est certes intéressante, mais est-ce vraiment un pas en avant ? Si on court-circuite chaque difficulté en faisant appel à un être humain, on perd tout l’intérêt de la robotique. Je vois plutôt cette « idée de génie » comme un constat d’échec… Espérons que celui-ci ne soit que temporaire ; je ne suis pas spécialiste de la question, mais un produit comme le VC Smart Finder parait plutôt prometteur.

MAJ : mea culpa, j’avais mal interprété l’idée, c’est en fait une réelle avancée qui améliorera la capacité d’apprentissage des robots. (voir le commentaire explicatif)

Source : IA : un robot devient plus intelligent en demandant de l’aide et Robots get smarter by asking for help

IA : un robot devient plus intelligent en demandant de l’aide

2 commentaires pour : Un pas en arrière dans la reconnaissance des objets ?

  • Quoi, de la transmission de savoir ? Mais quelle drôle d’idée !
    On dirait presque un petit être humain qui pose des questions et qui apprend ! Beurk !  😉

  • Oui, je me rends compte maintenant que j’ai mal interprété les conséquences de cette idée. Les robots ne peuvent pas avoir la science infuse, ils ont forcément besoin d’apprendre, et cet apprentissage est forcément plus rapide si quelqu’un leur donne la réponse.

    Je n’avais pas envisagé le système comme un complément à leurs propres capacités de reconnaissance des objets mais comme un substitut. C’était idiot… mais on va dire que je suis pardonnable, je ne suis encore qu’un béotien en matière de robotique et d’intelligence artificielle !

     

Laisser un commentaire pour : Un pas en arrière dans la reconnaissance des objets ?

Votre commentaire

Votre email ne sera jamais communiqué. * champs requis

*
*